EPAULE DOULOUREUSE

 

 

« Lésion de la coiffe des rotateurs »

 

« Périarthrite calcifiante »

 

« Conflit sous acromial »

 

« Arthropathie dégénérative de l’épaule »

 

La cause de l’« épaule douloureuse» a été déterminée.

Des études cliniques et scientifiques démontrent que la « lésion des tendons de la coiffe des rotateurs », le « conflit sous acromial », et la « périarthrite calcifiante » ne sont pas la cause de l’ « épaule douloureuse ».

L’intervention chirurgicale n’est donc pas utile car elle n’agit pas sur la cause de la maladie.

La technique de « allineamento frizionato » (alignement frictionné) intervient sur la cause, en restituant l’intégrité fonctionnelle, avec de meilleurs résultats par rapport au traitement chirurgical.

 

CHAPITRE 1.

 

Epaule douloureuse

 

Terminologie:

« Périarthrite d’épaule », « Syndrome péri scapulo humérale », « Maladie de Dupley »,                     « Arthropathies gleno humérales », « Arthropathies de rupture de la coiffe des rotateurs »,                       « Arthropathies de conflit », etc.

 

Introduction

 

Les fractures traumatiques ou secondaires aux néoplasies de l’épaule, les arthropathies congénitales (luxation de l’épaule, etc.), les arthropathies dues à une altération du métabolisme, les arthropathies neurologiques, les pathologies tumorales, les arthrites rhumatismales, les formes spécifiques, les formes septiques, sont exclues de cette exposition.

 

Définition:

On entend par « épaule douloureuse » une symptomatologie douloureuse localisée à l’épaule qui peut irradier tout le bras et peut devenir très forte à la mobilisation active et passive de l’articulation ou pendant le repos nocturne. Elle surgit sans cause apparente ou à la suite d’un évènement traumatique (même léger), de variations climatiques, de mauvaises postures, de contractures prolongées et/ou d’une intense activité des muscles de la ceinture scapulo-humérale.

 

La littérature orthopédique détermine 4 causes principales de l’« épaule douloureuse »:

  1. Périarthrite d’épaule (avec ou sans calcifications)

  2. Lésions des tendons de la coiffe des rotateurs

  3. Conflit sous acromial de l’épaule

  4. Arthropathies dégénératives

 

Thérapie de l’épaule douloureuse

L’épaule douloureuse trouve sa première indication thérapeutique dans les médicaments non stéroïdiens. Souvent des infiltrations de cortisone sont faites (3 maximums), parfois avec résultat positif. Dans la plupart des cas, de la physiothérapie est prescrite (ultrasons, laser, ondes de choc, etc.) Beaucoup de cas se résolvent, beaucoup d’autres non.

Le traitement chirurgical est réservé aux patients qui ne répondent pas à ces thérapies.

 

Aujourd’hui, pour ces patients, il existe une ultérieure option.

En effet, il est possible de résoudre ces pathologies grâce à une technique dénommée « allineamento frizionato » (mouvements articulaires passifs, variations hémodynamiques et pressions péri articulaires sélectives et progressives qui rétablissent le métabolisme et la motilité de l’épaule).

Il s’agit de manœuvres indolores (effectuées par un médecin spécialiste en Orthopédie et en Physiothérapie) qui agissent sur la cause de la maladie. Une fois la cause éliminée, la douleur disparaît et l’épaule reprend sa motilité normale.

A partir de novembre 2002, les patients souffrants d’ « épaule douloureuse », n’étant soulagés ni par les médicaments ni par la physiothérapie, n’ont plus été adressés dans les salles d’opération mais ont commencé à être traités avec  la technique de « allineamento frizionato », effectuée auprès de l’Hôpital public de Asola (Mantova – Italie)

 

   « Allineamento frizionato »

 

 L’« allineamento frizionato » est indiqué dans les pathologies suivantes :

 

-          « périarthrite calcifiante »…………………………(au lieu de l’opération sous arthroscopie)

-          « calcification du tendon du sus épineux »………..(au lieu de l’opération sous arthroscopie)

-          « conflit sous acromial »…………………………..(au lieu de l’opération sous arthroscopie)

-          « lésions des tendons de la coiffe des rotateurs »…(au lieu de l’opération sous arthroscopie)

-          « lésion du sus épineux » et « conflit »……………(au lieu de l’opération sous arthroscopie)

-          « arthropathies dégénératives de l’épaule »…...(au lieu de l’opération par prothèse d’épaule)

 

L’« allineamento frizionato » n’est pas utile dans les arthralgies légères de l’épaule et dans les cervicobrachialgies.

 

 

Caractéristiques

-          Technique indolore.

-          Effectuée par un Médecin spécialiste en Orthopédie et en Physiothérapie, avec une expérience de salle d’opération.

-          Chaque séance dure entre 10 et 15 minutes.

-          La fréquence est de tous les 2 jours.

-          6 séances au total.

Dans les cas de « capsulite rétractile », le traitement peut être modérément douloureux et demande souvent quelques séances supplémentaires.

 

 

Résultats

-          Le soulagement est immédiat (déjà après la première séance) mais de brève durée.

-          Amélioration réelle et durable après la quatrième séance.

-          Guérison après la sixième séance ou après 30 – 60 jours du traitement.

Le traitement n’a pas besoin d’être répété.

 

 

Tout ceci est possible car l’« épaule douloureuse » ne découle pas d’une altération mécanique mais d’altérations de nature systémique qui peuvent se localiser dans les articulations de l’épaule et/ou du poignet en provoquant une insuffisance anatomique et fonctionnelle.

Une seule pathogénie, une seule maladie, qui, si elle touche l’épaule, porte à l’« épaule   douloureuse », si elle touche le poignet, porte au « canal carpien ».

Il est intéressant de remarquer que, s’agissant de maladie systémique, aussi bien l’ « épaule douloureuse » que le « canal carpien » pourraient être soignés (et guéris) non seulement avec la technique de « allineamento frizionato », mais également avec des substances pharmacologiques déjà présentes dans le commerce.

 

 

 Matériel et Méthode

 

Au total, les patients souffrants d’« épaule douloureuse », traités auprès de notre Centre Hospitalier, de décembre 2002 à décembre 2006 ont été 432. Presque tous étaient dans l’attente d’une intervention chirurgicale. Parmi eux, seulement 10 ont ensuite confirmé l’opération.

Il est intéressant de remarquer que grâce à l’amélioration de la technique, à partir d’octobre 2005, plus aucun patient n’a été opéré (de novembre 2005 à décembre 2006, 132 épaules ont été traitées).

Le rapport homme - femme a été de 1 - 2 (en réalité, la pathologie est également distribuée entre les 2 sexes, mais les femmes ont manifesté une plus grande disponibilité envers cette nouvelle thérapie).

Les patients ont de 25 à 86 ans. La moyenne d’âge est autour de 55 ans.

 

 Pathologies traitées

 

-          « Conflit sous acromial de l’épaule »

-          « Lésion du sus épineux »

-          « Tendinite du sus épineux et conflit »

-          « Lésion massive des tendons de la coiffe des rotateurs »

-          « Périarthrite calcifiante »

A ces pathologies, 13 cas d’« arthropathie dégénérative de l’épaule » se sont ajoutés.

 

 

Symptomatologie

 

1° groupe – gravité 4 – « capsulite rétractile » - 9% des patients traités :

-          Rigidité totale, active et passive, avec impossibilité d’explorer l’articulation.

-          Douleur très intense, même au repos, qui ne passe pas avec les médicaments. Seuls des antalgiques très forts apportent un soulagement passager.

-          Le patient est souffrant et abattu, il ne dort pas, il reste dans un fauteuil (il ne peut pas rester allongé dans le lit). Il n’arrive presque jamais à trouver une position qui soulage la douleur.

 

2° groupe – gravité 3 – 62% des patients traités :

-          Membre douloureux à la pression sur la « pointe de l’épaule ».

-          Douleur intense au repos (surtout nocturne) pas seulement en décubitus sur le membre malade mais aussi sur le dos.

-          Douleur aigue aux mouvements en abduction et en rotation interne et externe.

-          Motilité partielle. Flexion extension sur 1/3 de la norme.

 

3° groupe – gravité 2 – 29% des patients traités :

-          Douleur absente au repos, qui se représente seulement la nuit si le patient dort en décubitus sur le membre malade.

-          Motilité consentie seulement en flexion et en extension sur ½ de la norme.

-          Douleur intense et progressive aux mouvements de rotation et/ou d’abduction.

 

4° groupe – gravité 1 – 1% des patients traités :

-          Douleur absente au repos. Dans quelques cas, léger endolorissement pendant le décubitus latéral sur l’épaule.

-          Les patients se plaignent de douleur surtout quand ils effectuent certains mouvements, comme enfiler des vêtements, jouer au tennis, etc.

Ces derniers patients arrivent rarement en salle d’opération et encore plus rarement dans notre cabinet médical.

Il faut dire toutefois que ces patients résultent souvent difficiles à soigner. Sur 4 cas traités, 2 ont guéri et 2 ont été insatisfaits car, au terme du traitement, une symptomatologie douloureuse est restée qui se présente seulement à des degrés extrêmes de la mobilisation en abduction et dans les rotations.

 

Les coordonnées de tous les patients traités dans notre Hôpital ont été enregistrées.

 

 Méthodique de traitement

 

Réorganisation fonctionnelle de l’articulation à travers la technique de « allineamento frizionato » effectuée par un Médecin spécialiste en Orthopédie et en Physiothérapie, de la durée de 10/15 minutes, tous les 2 jours, pour un total de 6 séances.

Chez presque tous les patients, la réduction de la symptomatologie douloureuse a été immédiate dès la première séance, mais pas durable. Dans la majorité des cas, la symptomatologie s’est réduite définitivement à partir de la 4° séance.

La récupération de la motilité a toujours coïncidé avec la réduction de la douleur. Preuve que dans l’« épaule douloureuse », ce qui empêche la motilité est exclusivement la douleur et pas la               « calcification péri articulaire », le « conflit sous acromial » ou la « lésion des tendons de la coiffe des rotateurs ».

A ce propos, il est important de ne pas prescrire dans l’ « épaule douloureuse » de la kinésithérapie forcée (mobilisation articulaire passive et/ou active avec des élastiques, des poids, etc.) car douloureuse, inutile et parfois nuisible.

On ne comprend pas pourquoi beaucoup de spécialistes en Orthopédie et en Physiothérapie qui encore aujourd’hui considèrent l’épaule douloureuse comme la conséquence de lésions tendineuses, de calcifications ou de conflit, prescrivent de la mobilisation active et passive tout en sachant que la mobilisation augmente la lésion tendineuse, la calcification et le conflit.

Avec l’expérience de ces années, nous avons toujours constaté que dans l’ « épaule douloureuse », la réduction de la motilité est liée exclusivement à la douleur qui en empêche la fonction (la douleur est une défense de l’organisme).

La douleur qui persiste pendant longtemps (après médicaments, ultrasons, laser, ondes de choc, etc.), représente un signal d’alarme et indique une pathologie de l’articulation qui doit être soignée avant la récupération fonctionnelle. Une fois la douleur disparue, l’épaule recommence à bouger et n’a besoin d’aucune autre thérapie.

 

Résultats : Au fil des années, l’expérience acquise a conduit à une amélioration progressive de la technique de « allineamento frizionato », qui, dès le début a toujours obtenu de meilleurs résultats par rapport à la thérapie chirurgicale.

 

  

 

Critères d’évaluation clinique

 

Nous avons considéré les paramètres suivants :

-          Douleur au repos (surtout nocturne)

-          Douleur aux mouvements

-          Motilité passive

-          Motilité active

Selon les résultats atteints les patients traités ont été divisés en 4 groupes :

 

1)      Guérison (81%)

-          Récupération complète et totale de l’articulation sans douleur.

-          Les patients peuvent reprendre leur travail et leurs activités sportives.

 

2)      Nette amélioration (11%)

-          Disparition de la douleur au repos.

-          Mobilisation passive consentie normalement et non douloureuse.

-          Mobilisation active en flexion et en extension complète et sans douleur.

-          Mobilisation active en abduction, consentie jusqu’à l’horizontal et légèrement douloureuse seulement en fin de parcours.

-          Mobilisation active en rotation interne et externe consentie sur 2/3 de la norme, douloureuse seulement aux degrés extrêmes.

 

3)      Amélioration (6%)

-          Disparition de la douleur au repos.

-          Mobilisation active en flexion et en extension complète et sans douleur.

-          Mobilisation active en abduction, sans douleur, consentie jusqu’à l’horizontal.

-          Mobilisation active en rotation interne et externe consentie sur 1/3 de la norme, douloureuse seulement aux degrés extrêmes.

-          Mobilisation passive consentie sur tous les plans, douloureuse seulement dans les rotations et en abduction au dessus de l’horizontal.

 

4)      Légère amélioration (1,8%)

-          Réduction de la symptomatologie douloureuse au repos. Le patient arrive à dormir mais avec une légère douleur qui s’accentue pendant les mouvements nocturnes et/ou en décubitus sur le membre malade.

-          Mobilisation active consentie en flexion et en extension sur ½ de la norme sans douleur.

-          Mobilisation active en abduction limitée et douloureuse.

-          Mobilisation passive en flexion et en extension sur ½ de la norme, douloureuse en fin de parcours.

-          Mobilisation passive en abduction consentie sur 1/3 de la norme et douloureuse.

-          Mobilisation impossible au dessus de l’horizontal. Rotations impossibles.

 

5)      Pas d’amélioration (0,2%)

-          La douleur intense au repos persiste, avec accentuation de la symptomatologie à toute tentative de mouvement actif ou mobilisation passive de l’épaule.

-          Motilité active consentie seulement en flexion et en extension à très faibles degrés et fortement douloureuse, bloquée sur les autres plans.

 

 Typologie des patients traités

 

 Sur les 432 patients traités, 410 sont arrivés dans notre structure après s’être soumis à des traitements de physiothérapie répétés (laser, ondes de choc, etc.) et/ou infiltrations, acupuncture, mésothérapie, etc.

Plus de 90% des patients était sur liste d’attente pour l’intervention chirurgicale.

La période passée du début de la symptomatologie douloureuse au début du traitement par «allineamento frizionato» va d’un minimum d’un mois à un maximum de 6 ans.

Provenance des patients : de toutes les régions d’Italie.

Informations :

-          70% des patients ont été adressés auprès de notre Centre Hospitalier par des amis ou des connaissances déjà traités dans notre structure.

-          26% des patients ont été adressés par le médecin de famille (les deux premières années, seulement 3%)

-          9 patients ont été envoyés par des Médecins spécialistes en Rhumatologie.

-          7 patients ont été envoyés par des Médecins  spécialistes en Orthopédie.

-          1 patient a été envoyé par un spécialiste en Physiothérapie.

Professions des patients : également réparties parmi employés, ouvriers, retraités, femmes au foyer. 12 Médecins (de famille, Chirurgiens, Orthopédistes, etc.) ont également été soignés.

 

 

 

Follow-up

 

A plus de quatre années de distance des premiers cas traités avec cette technique, aucune récidive n’a été enregistrée.

Le temps moyen de guérison va de 20 à 30 jours.

Dans quelques rares cas, la symptomatologie douloureuse a duré plus de temps : 50/60 jours.

Dans 15 cas, une fois les 6 séances terminées, la symptomatologie douloureuse n’a pas complètement disparu (comme si elle était restée latente) et s’est représentée après 10 – 15 jours du traitement. 

Pour ces patients, il a été suffisant d’effectuer des rappels (5 autres séances): tous ont guéri avec le traitement additionnel.

Dans 3 cas, 3 séances en plus ont été nécessaires à cause de la persistance d’une modeste symptomatologie douloureuse après 60 jours.

Un discours à part  est fait pour la « capsulite rétractile ». Pour cette pathologie, la douleur se réduit au repos ou disparaît après la 5° ou 6° séance mais pour la récupération de la motilité de l’épaule, il faut 60 ou 90 jours supplémentaires, nécessaires à la ré oxygénation des tissus.

Avec l’expérience, le traitement de la « capsulite rétractile » a été modifié : 6 séances tous les 2 jours, puis 1 séance hebdomadaire pendant 4 semaines.

 

Si on compare avec la thérapie chirurgicale, on remarque que, avec la technique de « allineamento frizionato », les résultats sont plus fiables et durables ; surtout si on considère les récidives possibles  et les adhérences qui parfois peuvent refaire surgir une symptomatologie douloureuse à distance du traitement chirurgical.

 

 

 

Patients traités avec la technique de « Allineamento Frizionato » : 432

 

-          « Lésion et/ou calcification du sus épineux »

-          « Lésion massive des tendons de la coiffe des rotateurs »

-          « Périarthrite calcifiante »

-          « Conflit sous acromial »

-          « Arthropathie dégénérative »

 

 CONFRONTATION AVEC LA THERAPIE CHIRURGICALE

 

« ALLINEAMENTO FRIZIONATO »

THERAPIE CHIRURGICALE

 

Guérison…………………………349…(81%)

 

Nette amélioration ……………. ..47…(11%)

 

 

Guérison……………………………….68%

 

Nette amélioration …………………….7%

 

Amélioration……………………  25…(6%)

 

Amélioration légère……………   7…(1,8%)

 

 

Amélioration…………………………..19%

 

Amélioration légère……………………2%

 

 

Pas d’amélioration……………….1…(0,2%)

 

 

Pas d’amélioration…………………….4%

 

 

Temps de guérison……………….15 – 30 jours

 

 

Temps de guérison………………..de 3 à 4 mois

 

 

Absence du travail………………..5 – 15 jours

 

 

Absence du travail………………...de 2 à 3 mois

 

 

Coût pour la Sécurité Sociale…….0 (gratuit)

 

 

Coût pour la Sécurité Sociale………cf. annexes

 

 

Inconvénients pour le patient……..aucun

 

 

Inconvénients pour le patient…...hospitalisation, anesthésie, intervention douloureuse, réhabilitation longue et douloureuse.

 

 

Pour tous renseignements supplémentaires sur la pathogenèse et la thérapie de l’ « épaule douloureuse » élaborées par le Docteur Perrino

 

Adresse e-mail :        Docteur Claudio Perrino.

                                    ASOLA (MANTOVA)  -  ITALIE

                                    mail to: perrinoclaudio@alice.it

 

Ou voir site Internet : www.spalladolorosa.it

DOCUMENT ANNEXE

 

 

Pathologies de l’épaule et du poignet

 

Pathogénie

De nouvelles acquisitions pathogéniques ont permis de déterminer une cause pathogène différente de celle reportée dans la littérature orthopédique.

Des études cliniques et scientifiques démontrent que l’étiopathogénèse de la maladie qui porte à     l’ « épaule douloureuse » et au « canal carpien » ne provient pas des 2 zones articulaires mais découle d’altérations de nature systémique qui peuvent se localiser dans les articulations de l’épaule et/ou du poignet en provoquant une insuffisance anatomique et fonctionnelle.

Une seule maladie qui peut toucher l’une ou l’autre articulation :

-          si elle touche l’épaule, elle porte à l’« épaule douloureuse »

-          si elle touche le poignet, elle porte au « canal carpien »

 

La cause déterminée, des techniques dénommées « allineamento frizionato » ont été élaborées. Celles-ci agissent directement sur la cause pathogène et permettent de retrouver l’équilibre articulaire.

 

Les pathologies concernées sont :

-          Canal carpien

-          Lésion des tendons de la coiffe des rotateurs

-          Périarthrite calcifiante de l’épaule

-          Conflit sous acromial de l’épaule

-          Arthropathie dégénérative de l’épaule

 

Grâce à la technique de « allineamento frizionato », il est possible de remplacer les thérapies chirurgicales prescrites pour ces pathologies.

 

En contraste avec l’hypothèse pathogénique reportée dans la littérature orthopédique, interviennent de nombreuses études cliniques et des confrontations d’outils d’imagerie.

 

-          Des examens effectués pour d’autres pathologies montrent souvent des lésions de la coiffe des rotateurs et/ou des calcifications péri articulaires chez des patients avec des épaules qui fonctionnent parfaitement bien et asymptomatiques.

-          Des autopsies ont souvent mis en évidence des coiffes totalement détruites chez des patients qui n’avaient jamais souffert d’ « épaule douloureuse ».

-          L’expérience clinique démontre qu’il n’existe aucun rapport entre l’intensité de la douleur à l’épaule et la présumée lésion anatomique.

-          Le résultat d’une intervention à l’épaule ne dépend pas de la reconstruction des différentes structures anatomiques et/ou de la suppression des calcifications.

-          L’évolution de la diagnostique nous permet d’observer de plus en plus souvent des patients parfaitement guéris avec des coiffes non recousues et/ou des calcifications non supprimées.

 

En réalité, ces maladies bénéficient plus des effets collatéraux liés au traumatisme chirurgical que de la thérapie chirurgicale en elle-même.

Vice versa, chez les patients traités avec la technique de « allineamento frizionato », il existe toujours le rapport cause - effet et l’amélioration ou la guérison est liée exclusivement au traitement effectué. Les patients soignés et guéris sans opération en sont les témoins.

 

 

 

Résultats

 

 

Après 28 ans de salle d’opération (j’ai été pendant plus de 20 ans médecin responsable en Orthopédie avant de passer à la Physiothérapie), à partir de 2002, les pathologies mentionnées ci-dessus ont commencé à être traitées avec la technique de « allineamento frizionato ».

 

Plus de 400 « épaules douloureuses » et 300 « canal carpien » ont été soignés (et guéris) avec cette technique.

 

Chaque année plus de 100 « épaules douloureuses » (la grande majorité dans l’attente d’une intervention chirurgicale) sont traitées avec 6 séances de « allineamento frizionato »

 

Les séances sont indolores, durent de 10 à 15 minutes et sont effectuées tous les 2 jours. Seul le traitement des « capsulites rétractiles » peut être modérément douloureux et demander quelques séances supplémentaires.

 

Chaque année environ 90 « canal carpien » sont soignés et guéris de la même façon.

 

Le pourcentage de guérison des « épaules douloureuses » traitées avec la technique de« allineamento frizionato » est largement supérieur à celui de l’opération.

 

 Le pourcentage de guérison du « canal carpien » traité avec la technique de « allineamento frizionato » est comparable à celui de la thérapie chirurgicale.

 

 

RECAPITULATION

 

 

 

Le projet qui est proposé devra avoir comme conséquences :

 

 

-          L’amélioration de l’état de santé des citoyens en épargnant aux patients des souffrances inutiles et souvent invalidantes qui dérivent non seulement de la pathologie qui afflige l’épaule et/ou le poignet mais aussi du traitement chirurgical.

La nouvelle thérapie agit immédiatement avec réduction et/ou disparition de la douleur déjà après la première séance et avec une récupération fonctionnelle progressive.

 

 

 

-          Réduction de la période de maladie liée à l’intervention et à la rééducation post-chirurgicale.

« Canal carpien » traité par la thérapie chirurgicale : 15 jours d’absence du travail

« Canal carpien » traité avec « allineamento frizionato » : aucuns jours d’absence du travail

 

« Épaule douloureuse » traitée par la thérapie chirurgicale : de 3 à 5 mois d’absence du travail

« Épaule douloureuse » traitée avec « allineamento frizionato » : 10 à 20 jours d’absence du travail.

 

 

 

-          Economie au niveau de la dépense sanitaire annuelle évaluée entre 3 et 5%

Avec la nouvelle thérapie, les outils d’imagerie (Radiographies, Ecographies, Scanner, IRM, etc.), les examens de laboratoire (demandés avant l’opération), les instruments chirurgicaux pour poignets et épaules, les anesthésies, les attelles, la rééducation, etc. ne seront plus nécessaires.

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                          

 

Ou voir site Internet : www.spalladolorosa.it

 

 

Docteur Claudio Perrino.

ASOLA (MANTOVA)  -  ITALIE

mail to: perrinoclaudio@alice.it